1. jun, 2020

Believe in yourselves and the rest will all fall into place!

Mon premier roman (et le seul d’ailleurs) que j’ai lu était « Ces dames aux chapeaux verts ».  C’était en 1964 … je crois (les Beatles chantaient « Can’t Buy Me Love »).  A l’Athénée … notre prof de français à chaque leçon désignait à l’improviste un élève pour lire quelques pages. Certains détestaient cette épreuve (ça impliquait de la préparation) alors que certaines filles de la classe qui maîtrisaient à la perfection la langue de Molière trouvaient cela plutôt un moment agréable et préparaient soigneusement les leçons. Ce n’était pas mon cas … tu penses bien : entre « A Hard Days Night » et « Eight Days A Week » il ne me restait guère de temps pour préparer quoique ce soit pour l’école et d’ailleurs je trouvais que de toute façon pour le français je m’en sortirais bien.

Le jour fatidique arriva … le prof m’appelait pour la lecture.  Dans le regard de mes collègues de classe je pouvais déceler un certain soulagement car apparemment c’était un passage avec des mots et abréviations difficiles.  Pour un court instant j’eus une petite appréhension mais très vite je me ressaisis car j’étais persuadé que je ferai mieux que la moyenne de la classe. Sans bafouiller j’arrivais au passage critique … une abréviation « Mgr » que je transformais sans hésiter en « Monseigneur » ce qui me valait un regard d’admirateur des filles mentionnées ci-dessus car elles furent sûr que la plupart des élèves aurait callé à cet endroit alors qu’elles étaient prêtes à donner la bonne réponse.

Cette anecdote a probablement renforcé la confiance en moi-même et "Ces dames aux chapeaux verts" ont déclanché mon amour pour le "capio".